Ciné-club n°97 : Le maître d’armes

Ciné-club n°97 : Le maître d’armes

Depuis que Yoan Orszulik a rejoint notre équipe de rédacteurs 2017, Le Ciné-Club de M.Bobine n’a jamais autant causé de cinéma asiatique, et c’est tant mieux ! Après la Corée du Sud (Sea Fog) et le Japon (Matango) en début d’année, il fallait s’attendre à ce qu’il tourne son regard vers l’Empire du Milieu qui l’avait déjà inspiré à une ou deux reprises.    

Cette fois, il s’est intéressé au Maître d’armes (AKA Fearless) du cinéaste hong-kongais Ronny Yu. Après s’être fait un nom avec l’ensorcelant wu xia pian La mariée aux cheveux blancs, le cinéaste a succombé dans le courant des années 90 aux sirènes hollywoodiennes, comme plusieurs de ses confrères. La rétrocession de Hong-Kong à la Chine en 1997 après presque un siècle d’administration britannique, synonyme de possible perte de liberté artistique pour eux, n’y est sans doute pas étrangère. 

À l’instar de John Woo et Tsui Hark, Ronny Yu a  fini par revenir au pays après s’être rendu compte que le système des studios n’était pas forcément beaucoup plus souple que le PCC. Au milieu des années 2000, on le retrouve donc aux commandes de ce Maître d’armes, qui retrace la vie de Huo Yuanjia (1868-1910), le créateur de l’école d’arts martiaux Jingwu. Pour l’occasion, le cinéaste s’est entouré de Jet Li (qui avait déjà incarné un autre héros national chinois, Wong Fei Hung dans la série des Il était une fois en Chine) et Yuen Matrix Woo-ping. Le résultat est un très chouette film dont les spectaculaires scènes de combats servent une classique mais très touchante histoire de rédemption. Mais mes camarades Yoan et Julien en parlent bien mieux que moi dans la vidéo ci-dessous !

Ce 97e épisode du Ciné-club de M. Bobine restera également dans l’histoire de la chaîne comme celui du grand ravalement de façade ! Intouchés depuis 2008, notre hôte de celluloïd et le décor qui l’entourent ont tous été remis au goût du jour. Adieu donc les gros contours noirs et les barres de rideau autour de l’écran. Ça fait du bien, non ?

Grand ravalement de façade pour M.Bobine

Laisser un commentaire

Fermer le menu