Sinistra est un court-métrage fantastique d’environ 15 minutes dont j’ai signé le scénario et qui a été réalisé en 2005 par Talal Selhami. Voici le synopsis :

Grand poissard devant l’éternel, Max vient de se casser le bras droit. Le problème, c’est qu’il est dessinateur de bande-dessinées. Momentanément privé de son outil de travail, il bulle ferme dans son petit studio, entre le frigo vide et le voisin qui met la musique à fond. Trompant son ennui avec sa “mauvaise” main, le jeune homme découvre, stupéfait, que les choses qu’il couche sur le papier se matérialisent comme par magie. Après un court moment d’hésitation face à ce don surgi de nulle part, Max décide de laisser libre cours à ses fantasmes les plus divers. Mais, comme le dit si bien Spider-Man, « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». À les ignorer, le super héros potentiel ne risque-t-il pas de se changer en super vilain ?

L'affiche du court-métrage Sinistra de Talal Selhami

A l’origine, je me gardais cette histoire directement héritée des E.C. Comics type Les Contes de la crypte bien au chaud pour moi. Mais quand j’ai rencontré Talal Selhami en 2004 et qu’il m’a proposé de réaliser le film dans le cadre de ses études, j’ai accepté le deal. Une fois entre ses mains, le matériau de départ a pas mal évolué. La deuxième partie du film, qui délaisse l’aspect comic-book pour basculer dans le genre horrifique (au point que l’on pourrait penser qu’il y a deux films en un), porte clairement plus sa patte que la mienne. Mais pas de regrets. D’une part parce que, sauf rares exceptions, un véritable gouffre sépare toujours le scénario tel qu’il existe sur papier et le résultat final. D’autre part, parce que le film affiche des ambitions visuelles que je n’aurais peut-être pas pu lui donner si je l’avais fait tout seul dans mon coin. Et c’est sans doute cela qui lui a valu de faire une jolie carrière, que très peu de films étudiants connaissent.

Image du film Sinistra

On a doucement commencé avec des festivals confidentiels tels que le Festiv’art de Limoges, le festival “Champ Contre champs” de Poitiers (où il a remporté le prix spécial coup de cœur) ou Certains l’aiment court (nouveau prix, celui du meilleur scénario,qui m’a bien fait plaisir). Puis montée en puissance avec le festival Courmétrange de Rennes et “Mad in France”, organisé par le magazine Mad Movies. Et on a fini en beauté avec l’international et des festivals aussi réputés que Sitgès (Espagne), Ravenna (Italie), Fantasia (Canada) et le Screamfest de Los Angeles (avec diffusion du film au mythique Mann’s Chinese Theater). Au passage, Guillermo Del Toro, Joe Dante, Don Coscarelli, Christophe Gans et Jean-Pierre Dionnet ont tous eu droit à leur copie perso de Sinistra. Le réalisateur des Phantasm aurait paraît-il adoré.

Boostés par la réception très positive du film, Talal et moi nous sommes lancés dans d’autres projets en commun. L’un d’entre eux, Le cirque des illusions, a fini par devenir un scénario de long-métrage. J’en parle plus en détails dans une autre page de ce site.

Après des années de bons et loyaux services, le site internet du film a fini par rendre l’âme. Mais Sinistra est désormais visible ici.

Les liens suivants vous mèneront tout droit vers le trailer du film et son topic sur le forum Mad Movies.

Et pour être tout à fait complet, voilà un article très élogieux publié dans la rubrique Mad in France du Mad Movies n°183 (février 2006).

Fermer le menu